Actualités

Exposition d'une peintre et d'un corsetier du 10/01 au 07/02/15

L’Espace de la Calende vous présente Sophie MORISSE et Alexandre JACQUET du 10/01 au 07/02/15.



Une première exposition personnelle de l’artiste peintre Sophie MORISSE est organisée en janvier 2015 à la galerie de la Calende et ses toiles seront mises en scène autour des corsets du jeune corsetier Havrais Alexandre JACQUET.

Passionnés par les tissus depuis leur plus jeune âge, les artistes Sophie MORISSE et Alexandre JACQUET ont su s’approprier à leur manière un travail passionnant autour de la matière textile. L’une, Sophie MORISSE, Rouennaise, restitue à merveille les effets des textiles les plus fins sur ses compositions à l’huile sur toile, l’autre Alexandre JACQUET, Havrais, travaille directement les tissus les plus exigeants et réalise robes et corsets en pièces uniques d’une qualité exceptionnelle. La galerie de l’Espace de la Calende fait le pari d’une mise en scène originale autour du travail de ces deux artistes talentueux pour le meilleur d’une convergence des arts assurée.  A découvrir à Rouen dès le 10 janvier 2015.

Sophie MORISSE.  
Après des études académiques à l’Ecole des Beaux-arts de Rouen auprès du grand Philippe GAREL jusqu’en 1987, Sophie MORISSE s’est lancée dans sa propre prose. Elle peint comme on écrit une pièce de théâtre, avec son univers, son sujet, ses personnages, une intrigue et un répertoire très personnel. C'est l'imaginaire et le mystère, la narration des rêves et des contes, la nostalgie de l'enfance qui la poursuivent.

Des mondes complexes, appuyés par une technique très aboutie. Ses références picturales sont influencées par les grands maîtres classiques - les hollandais du 17ème siècle ne sont pas loin - et par les surréalistes. La clef de lecture est celle du voyage dans le temps. Elle est magicienne car elle nous émeut et nous transporte là où nous pensions ne plus pouvoir retourner, vers le jeu et le rêve de notre enfance…

Qui parmi nous n'a pas en mémoire les instants de délices de notre enfance: les déguisements, les jeux, les contes de fées, les friandises... Qui n'a jamais rêvé de parler avec les animaux, de les apprivoiser, de leur confier nos secrets si lourds à porter... Qui n'a pas sa madeleine de Proust enfouie au fond de soi... Sophie MORISSE nous incite à nous en souvenir, avec délicatesse et humour. Mais, à travers son œuvre, l'artiste nous rappelle également notre rôle d'adulte: l'enfance est une étape de construction, fragile et difficile. Ces histoires parfois ambigües renvoient aux devoirs de protection et d'amour qui nous incombent. Une artiste bien singulière et terriblement douée à suivre avec attention car elle commence son ascension auprès des grandes galeries…

« On ne peut pas ne pas aimer une toile de Sophie MORISSE », a écrit Moly Mine pour le magazine AZART. C'est vrai.

Tout comme lorsqu'on est enfant, on ne peut pas ne pas aimer les bonbons, jouer avec toute sorte d'animaux bigarrés, grenouilles, papillons, libellules ; s'habiller comme un grand ; se déguiser à l'ancienne ; s'aventurer dans une forêt mystérieuse à la recherche d'un trésor imaginaire ; écouter un conte qui fait peur…


Ce sont tous ces délicieux moments que nous invite à nous remémorer Sophie MORISSE, comme si chacun de ses tableaux, en éveillant des souvenirs et des sensations assoupis, agissait telle une madeleine de Proust. Alors, devant tant de grâce, d'humour, de poésie ou d'espièglerie, on comprend l'origine de ces bouffées de bonheur qui vous serrent la gorge au point de vous tirer des larmes.


Mais qu'on ne s'y trompe pas ! L'enfance est une période redoutable, dangereuse. Et, dans un souci préventif, le conte à travers les âges n'a cessé de mettre en garde les enfants. Sophie MORISSE n'a plus l'ingénuité des chères têtes blondes et ses toiles sur les contes nous rappellent parfaitement, avec tact et pudeur, l'ambiguïté de ces histoires, par la cruauté des adultes lisibles dans le regard de leurs victimes innocentes. 


 

Alexandre JACQUET

Qui suis-je ?

Je suis Alexandre Jacquet Créateur Couture Havrais de 30 ans.


Attaché à rendre les femmes magnifiques je conçois des Corsets et des Robes autour des notions d'élégance, de savoir-faire et de créativité.

Un Corset c'est une chirurgie esthétique éphémère & extraordinaire, gommant un peu de taille, redonnant du galbe ici ou là, afin de procurer à la femme qui le porte une silhouette, une tenue, une attitude.

Pourquoi Corsetier ?
Celui est venu à moi naturellement, car sur cet objet il y a tout ce que l'on peut imaginer en stylisme. Différentes broderies, perles, rubans, ajourée dentelle. Grâce à ça rigidité on peut utiliser de la feuille d'Or, du bois de l'acier...


Quand j'imagine un Corset pour une cliente, j'imagine comment je vais sculptée sa silhouette on ajoute un peu de poitrine, on gomme de la taille, on « regalbe » ici ou là.


Un Corset c’est une chirurgie esthétique éphémère.
Et puis il y a ce « touché », la prise en main du tissus pour former le galbe de la poitrine par exemple, ça c'est inexplicable, pour moi c'est extraordinaire.

D'un loisir à un métier.
J'ai toujours été fasciné par l'Art, peinture, sculpture, dessin, portrait (et déjà quelques silhouettes d'ailleurs), musique. J'ai à peu près tout essayé et puis j'ai découvert le tissu et pour la première fois je n'ai ressenti aucune limite, je pouvais laisser libre cours à ma créativité. Je pouvais le mettre en forme, le rendre rigide, le peindre, le broder, appliquer de la feuille d'or, l'amplifier ... j'avais trouvé mon support. Je me suis fait la main avec la machine à coudre de ma grand-mère, d'abord avec des choses simples, mais je m'ennuie vite dans la simplicité alors j'ai attaqué les costumes de théâtre 1er et 2nd empire. Crinoline et Corset, enfin un univers où je pouvais utiliser tout les matériaux possible tissus bien-sure mais aussi acier bois etc.