Actualités

Exposition Laurent HOURS, Danièle DEKEYSER du 14/3 au 11/4/15

Peinture et sculpture, vermissage samedi 14/03 à 17h.



 

L’Espace de la Calende vous présente l’exposition :

« Laurent HOURS, Danièle DEKEYSER, peinture et sculpture »                                                      
Du 14 mars au 11 avril 2015.                 
Contact : C. LONGHI : 06 98 23 79  01
La galerie de l’Espace de la Calende, située au 31, rue du Bac à Rouen vous présente l’exposition de deux talents confirmés, Laurent HOURS artiste peintre, ancien professeur aux Beaux Arts de Paris et Danièle DEKEYSER, sculptrice de belle renommée, restituant ses sculptures de femmes en bronze et terre. La mise en scène de leurs œuvres sera dévoilée du 14 mars au 11 avril 2015 prochain.

Vernissage samedi 14 mars à 17h

Danièle DEKEYSER : sculptrice
Danièle Dekeyser a, de 1966 à 1980, occupé des postes à responsabilité dans le monde de la publicité. Mais se tournant résolument vers les arts plastiques, elle fréquente différents ateliers de peinture et sculpture de 1980 à 1985. Puis, forte de cet enseignement, elle décide de se consacrer entièrement à la sculpture sans pour autant oublier le dessin que le dessin qu’elle affectionne et pratique toujours et dont elle expose régulièrement mines de plomb, fusains ou sanguines. Très vite, elle est présente dans des salons ou des galeries et est invitée d'honneur dans une cinquantaine de manifestations artistiques et d'expositions de groupe, participant aussi à des salons internationaux qui la conduisent dans plusieurs pays étrangers.

Dekeyser a obtenu au fil de sa carrière plus de quatre-vingts prix et récompenses.

Citons entre autres :
- Le prix du Président de la République au salon interministériel en 1995,
- La médaille d'argent de la Ville de Paris en 2001, 
- Le prix Andrei-Graec de la fondation Taylor en 2002,
- La médaille d'or du salon Violet en 2004, 
- La médaille d'or du salon des Artistes Français en 2006.

Il y a quelque chose d'éternel dans les sculptures de Dekeyser, quelque chose d'indéfinissable qui nous séduit et nous montre le chemin d'une réflexion sur l'humain. 
Chacune de ses femmes que l'artiste nous offre à contempler dépasse largement le simple côté anecdotique ou descriptif. Il y a en plus tout ce que l'on ne voit pas et que l'on ressent, tout ce qui n'est pas dit et que pourtant l'on entend.

Un certain dépouillement, une lumière qui « s’accroche» avec ténacité aux courbes paradoxalement anguleuses, une patine qui vêt les formes des modèles, tout est là pour créer avec passion une sorte de nouvelle mythologie  dédiée à la femme dans tout ses états, de la jeune fille rêveuse à la mère, de l'écolière effrontée à l'étreinte passionnée.

Toutes les œuvres de Dekeyser sont empreintes  d'une spontanéité, je dirais même d'une vérité, semblant naître, jaillir d'un coup de la terre modelée, avec sensualité et délectation.

Il y a un véritable échange presque un dialogue entre l'artiste et la nature humaine entre une  inspiration, au sens étymologique, de vie et un souffle créateur.


Dekeyser sait retransmettre dans la matière ce qu'elle perçoit en son coeur, traduisant avec talent et métier habilement maîtrisé une approche sensible d'une perception vitale hors du commun.


D'ailleurs, le maître d'Etampes, Philippe Lejeune a dit d'elle :

«Le sculpteur Danièle Dekeyser donne une leçon de probité artistique. Elle sait que  l'extravagance n'est jamais une nouveauté et que rien ne remplace un métier classique. Plus  ces règles sont impératives, plus la tension augmente entre l'inspiration et le métier. Heureuse difficulté qui oblige à franchir un obstacle et qui met en valeur le talent».                                                                  
                                   Patrice de la Perrière(Rédacteur en chef de la revue Univers des Arts) 

Laurent HOURS, artiste peintre.  
Laurent HOURS est né en 1946. Il fait ses études aux Beaux-arts de Paris de 1965 à 1970 en tant qu’auditeur libre.  Il reçoit les prix des Arts plastiques de la Ville de Bordeaux, prix de la Jeune Peinture « Septentrion », le Grand Prix international d’Art Contemporain de Monte Carlo et le Prix de l’ICOM. Laurent HOURS est conservé au Musée National d’Art Moderne, Paris, Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris, Paris, Musée des Beaux-arts, Bordeaux, Musée des Beaux-arts, Saintes.

Laurent HOURS a réalisé des commandes publiques : Mur peint, 160 m2  dans le Marais, Ville de Paris, Peinture murale General Electric, Evry, Mosaïques à Bordeaux et à Saintes, Bordeaux, Fresque d’église, Tokyo. 

« Imaginons une ville au cœur du désert, un océan baignant la grève surchauffée, ou encore des cieux immenses chargés de voluptueux nuages. Toujours au premier plan, un petit peuple voilé de blanc qu’un souffle de vent semble se faire envoler. Ici un monde minéral, des cités fortes et denses vibrant dans la chaleur, presque des mirages. Là une terre piquée au vif dans des rouges intenses, ou adoucie de bleus tendres, de verts jade. Plus près de nous des personnages – petites taches claires sur fond de terre – qui, tels des éclats de vie nous transportent avec légèreté dans un univers poétique. »


La peinture de Laurent HOURS est nourrie d’une atmosphère étrange ; elle nous offre des instants de mémoire en nous racontant des histoires anciennes faites de terre, d’eau, de pierre et de soleil. Des histoires de villes disparues, évanouies ou n’ayant jamais existé, des déserts-océans éclaboussés d’ocre. C’est une peinture chaude et forte que, souvent, les personnages esquissés tentent de clamer comme une frange d’écume caressant le sable.
Laurent HOURS a longtemps travaillé sur résine. Il avait alors choisi un support lui permettant d’obtenir une matière évoquant la fresque et les altérations du temps. Durant cette période inspirée par les murs dégradés et la patine des siècles, sa peinture a évoqué des architectures antiques, tels des théâtres animés ou prédominent les vestiges de monuments anciens.  Cette mélancolie archéologique, cette fascination du passé ont peu à peu cédé la place à une œuvre allégée, plus poétique, à des images plus énigmatiques que le travail sur toile pouvait permettre la passerelle entre résine et toile se traduit alors par des fonds travaillés de nombreuses couches de couleur s’opposant et se mêlant les unes aux autres. 
Laurent HOURS cherche ainsi à obtenir une matière riche et profonde, assez proche en fait des  patines du temps. Il délimite alors ses océans et ses déserts, construit ses villes puis dessine enfin d’un pinceau léger ses personnages pleins de mystère. Car la pratique du dessin est pour cet artiste un univers où il exerce toute son imagination. Il s’y plonge avec bonheur et délectation. Le papier, sous toutes ses formes, se transforme alors par sa plume ou son pinceau en œuvres d’une infinie créativité.                                                      Juliette HOURS