Actualités

Exposition "Verre Contemporain" du 30/11/13 au 04/01/14.

Nouvelle exposition "Verre Contemporain" avec le travail de 16 Verriers d'Art, à découvrir sur déc.



L’Espace de la Calende, nouvelle galerie d’Art Contemporain, est située au 31, rue du Bac à Rouen. Les heures d’ouvertures sont du mardi au samedi, de 10h à 12h et de 14h à 19h et sur décembre  tous les dimanches et lundi de 15h à 18h.

Une nouvelle édition de « Verre Contemporain » afin de présenter le travail de 16 verriers d’art, avec la volonté de promotionner des artistes dans une large diversité technique : verre taillé, verre soufflé, pate de Verre. Vous trouverez une présentation de chaque artiste dont les dernières œuvres seront présentées à l’Espace de la Calende  du 30 novembre au 4 janvier 2014 :

VERRE Taillé :

1) Gilles CHABRIER : De sa formation de graveur sur verre, Gilles Chabrier retient la maîtrise de la technique du sablage. Rapidement la surface plane d'une plaque de verre industriel ne lui suffit plus, il passe alors à la sculpture, mettant à profit la profondeur et la transparence du verre.

Le travail du verre à froid allié à du métal ou encore à du béton, matériaux moins nobles, lui permet de désacraliser la matière. De l'architecture d'intérieur aux réalisations sur commandes du particulier au professionnel (du mobilier à l'œuvre monumentale), le travail de Gilles Chabrier présente un éventail de réalisations uniques.

Des têtes sculptées aux miroirs de sorcières, en passant par le mobilier de décoration et les totems illuminés, nous vous laissons apprécier en images la beauté de ses œuvres exposées internationalement.

http://www.gilleschabrier.com/site/fr/images/cristal/image_09_thumb.jpghttp://www.gilleschabrier.com/site/fr/images/cristal/image_07_thumb.jpghttp://www.gilleschabrier.com/site/fr/images/cristal/image_15_thumb.jpghttp://www.gilleschabrier.com/site/fr/images/cristal/image_13_thumb.jpghttp://www.gilleschabrier.com/site/fr/images/cristal/image_01_thumb.jpghttp://www.gilleschabrier.com/site/fr/images/cristal/image_23_thumb.jpg

BIBLIOGRAPHIE


2006 Le verre du XXe siècle. Judith Miller

2005 Update Belgique

Univers des arts Patrice de la Peirriere

2002 Update France

1998 Arts Actualités , Christian Germark Marhaba

1997 Ceci n’est plus du verre ,Edition Vers les arts.  Univers des arts Christian Germak  1995 Marie Anne Largé « rencontre derrière le miroir » Christian Germak Univers des arts n°7

Maxime Dubois « millénaire d’espoir »

1994 Tucker Avenue « au fond du verre »

1993 Noelle Gautier « le moniteur des ventes « n°39 Jacqueline Amiel « l’art avec assurance a travers le verre » art actualité n°34

Catherine Vaudour « l’art du verre contemporain »

Hubert Konrad « l’art en trois dimension »

 


 

2) Czeslaw ZUBER : Énigmatiques, les sculptures de Czeslaw ZUBER traversent le monde du verre depuis 1982. Entêté, il fut l'un des premiers à casser des blocs de verre à la masse et à les peindre. Sacrilège pour les techniciens puristes ! Vingt ans plus tard, collectionneurs et galeristes sont toujours captivés par ses pièces connues internationalement, du Japon aux États-Unis.


Czeslaw ZUBER, artiste d’origine polonaise, est installé en région Parisienne depuis 10 ans. Dans son atelier, le chat Galipette somnole, blasé par les têtes menaçantes d’un bestiaire fantasmagorique. Ces figures à la fois grimaçantes et tendres font les gros yeux, elles évoquent l’art brut ou l’art naïf. Ce sont tout simplement des êtres vivants imaginés.

ZUBER dompte le verre, puis sort les pinceaux. Même saturée par ce graphisme sauvage, la transparence satinée s'exprime encore. ZUBER est l’un des premiers à avoir peint directement le verre sans incorporer la couleur à la matière par des techniques verrières.

 

Une palette unique

« J’improvise des mélanges, j'essaie d'avoir une peinture qui soit la moins opaque possible. Je superpose les couleurs en veillant à préserver la transparence du verre ». Pour l’artiste, rien n’est jamais calculé. L’ambiguïté : recouvrir ou dévoiler le verre, trouver un équilibre entre transparence et motif. Jusqu'où ira-t-il ? ZUBER est tenté de saturer ses sculptures de couleurs. « Chaque pièce a ses exigences. Je ne peux pas prévoir. La technique, c'est indispensable, il est impossible de s'en passer et l'on ne la maîtrise jamais assez. J'ai rencontré des problèmes que je n’avais pas imaginés : une peinture, que j'utilisais dans les années 80, s'est révélée peu résistante à la lumière. J'ai dû en trouver une autre, professionnelle, ainsi qu’un produit qui la protège de la lumière ». Un mélange gardé secret. ZUBER peintre ? ZUBER verrier ? La réponse est peut-être dans l’enseignement plurivalent des écoles d’Art de l’Est.

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTXGaJOIVUd7F-IgzgfVO_f-mSMViLmMl6CtGkDNeygj1ZKOUbe54Fwgwghttp://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQQPMetPQmD_oRfIdDYnZgMg4M-etvMX_CM7klr2cMEEnuXJ2jrtqf_h1kbhttp://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcS_4L4Cfc5BC2yC4GnrwgmfN0kMPd4LfixxngNcyu33ST3DeTfU0Bby6FiXhttp://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTwgT91IKHdvB9X16GWYrFmOLsk6GaWAc_lwUSomfZPKT3JLV8pcu1jFhghttp://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQKew29xpZnPYvYtnEG5CnHvoohP6KDMMAS46f55bkR92rXSOgCUdVJOzbb

 

VERRE Soufflé :

3) Fernando AGOSTINHO : Né en 1959 au Portugal dans une famille de Verriers. Dès son enfance, sa famille s'installe en France. A partir de 1980, il travaille durant cinq années à la verrerie de Vianne (Lot & Garonne). Il apprend naturellement auprès de son père la passion du verre.

En 1985, il rencontre Alain Guillot, ancien élève de son père, avec lequel il collaborera pendant deux ans dans le but de parfaire sa formation. En 1987, il ouvre son propre atelier dans le Tarn et Garonne. Avec le temps et l'expérience, en 1993, il décide de se consacrer à la réalisation de pièces uniques, quittant son statut d'artisan avec l'espoir d'être reconnu comme artiste verrier.

Il crée à partir du début des années 1990, des flacons "immeubles" dans lesquels apparaissent des personnages aux yeux globuleux, des autobus rigolos, des téléviseurs et plus récemment des "vaches folles". Aujourd'hui Fernando dit "Ago" est un Artiste reconnu qui anime divers stages et expose dans de nombreuses galeries en France et à l'étranger.

avion_roug_150x150.jpgfa_avocat_150.jpgimagesCAHDWC0S.jpgfa_punky_bleu_150.jpghttp://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSjFIjKXckdXqEGrExbBDEVF9XenA0-T-PwbSyY7IWQYU-J_a00622VjWzt

 

 

4) Pascal LEMOINE : C’est riche de toutes ces expériences que Pascal Lemoine créé son entreprise en l’an 2003. Installé à Altkirch, dans le Sundgau, il se spécialise dans la réalisation d'objets décoratifs, un domaine dans lequel il va rapidement se faire un nom. C’est ce qui donne un sens à son art selon sa propre expression.

Pascal Lemoine faisait des démonstrations de soufflage de verre, mais il ne désire plus être une “bête de spectacle”. Il préfère de beaucoup que l’on apprécie son talent à travers ses créations qu’il expose dans des galeries du monde entier : en Suède, en Angleterre, en Espagne, au Nouveau Mexique, à Santa Fe, à Shanghai, à l'Hôtel Drouot à Paris, à Bâle, à Montreux-Jeune… Son travail a été validé par des experts en verre contemporain qui le juge comme unique dans le milieu de l'art verrier.


lemoine_01.jpglemoine_06.jpglemoine_05.jpghttp://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQ8gmK_KH3l_sjZVQacoKOO-VxyPYwE5pK3NY4hgstc1wGcuOpnQRCMhREhttp://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRZRbmX45XoP9kaaAODrz9_9jUdcEvZgC3cCp0PwZ9K1OMKEYCgXGH1XA

 

5) Olivier MALLEMOUCHE : La vocation d’Olivier Mallemouche remonte à l’âge de huit ans. Depuis son apprentissage, au début des années 80 à la création de son premier atelier, il perfectionne ses techniques et passe très vite des pièces utilitaires à la réalisation de pièces uniques.

Souffler devient un besoin. L’artiste, qui puise dans ses références entre Arts Premiers, Arts Calligraphiques et Art Moderne, mène une quête plus graphique que formelle, malgré la figuration qu’il introduit peu à peu. Il reste assez classique dans sa manière d’aborder les supports, mis à part leur format, parfois exceptionnellement grand.  Sans dessin préparatoire, Olivier se lance dans la réalisation de chaque pièce «à l’instinct» et «dans l’instant», un corps à corps toujours plus privilégié avec la matière. Il pré visualise virtuellement ses pièces avant de jouxter avec l’aléatoire.  Olivier MALLEMOUCHE excelle dans le traitement chromatique, domaine dans lequel il est autodidacte. Il introduit, intercale dans les couches successives qui constituent ses pièces des dessins, visages, calligraphies ou encore graffitis abstraits sur fond de feuille d’or, d’argent et de masses colorées aux recettes secrètes. Il crée encore librement des «personnages» qui le font entrer dans cette veine «ludique» du verre contemporain. Olivier s’autorise à la créativité, à la figuration tout en conservant une dimension traditionnelle.

chrysalide.jpgOlivier Mallemouche venerable 02.bmpOlivier Mallemouche cocons 01.bmpOlivier Mallemouche flacon Horizon 3.bmpmassai7.jpgOlivier Mallemouche flacon Horizon 4.bmp

 

 

6) Margot GEFROY

 « Je me suis d’abord intéressée à la céramique. En 1994, au cours d’un stage au CFC DAUM de Nancy où je réalisais des chandeliers en pâte de verre, j’y ai découvert la hall aux verriers, ce fut le déclic, je serai verrier.  Deux années d’attente furent nécessaires pour pouvoir être admise au CERFAV de Vannes le Châtel, période que j’utilisais pour apprendre différentes techniques. Pendant la formation à l’école, il y avait des stages chez différents verriers Français et très vite je commençais, grâce à la bourse Léonardo un compagnonnage Européen : Venise (Murano), Crète, Danemark, ...

 

7) Véronique MONOD : Originaire d'une famille de céramistes et de verriers, et formée par la pratique de la danse et du théâtre, Véronique Monod s'oriente vers les arts appliqués en effectuant un apprentissage du verre soufflé avec son frère Claude puis des études aux Beaux-arts.

Un compagnonnage dans les hauts lieux du verre en Europe et aux Etats-Unis lui permet d'élargir encore son expression plastique avec la découverte du thermoformage. Elle crée son propre atelier à Paris en 1980, puis à Biot en 1985, où à côté d'une production personnelle d'objets décoratifs en verre soufflé, elle collabore avec d'autres créateurs pour des projets de design, d'architecture intérieure et de décoration.

Elle manifeste une prédilection certaine pour des flacons à parfums, œuvres originales qu'elle réalise personnellement dans des séries limitées à quelques exemplaires. Elle souffle les formes qu'elle a préalablement dessinées, les enrichit d'émaux colorés, de lustres irisant, de fils de verre colorés, puis les parachève par la taille, le polissage et la gravure.

Remarquée par les maisons du luxe les plus prestigieuses, elle a créé pour Christian Dior Parfums les modèles de flacon des parfums Poison et Dune ainsi que C'est la vie ! et eau florale pour Christian Lacroix.

Parallèlement, elle poursuit un travail de sculpture grâce à la technique industrielle du verre bombé, mettant en scène la malléabilité du verre chaud, souple, énergique et mouvant, en le figeant dans des drapés à l'aspect textile, et dans des éclatements silencieux.

Ses œuvres se trouvent aujourd'hui dans de nombreux musées en particulier les Musées du Verre de Coburg en Allemagne, de Liège et Charleroi en Belgique, de Lednicke Rovne en Slovaquie, de Lviv en Ukraine, le Musée des Arts Décoratifs de Paris, le Musée du verre de Sars-Poteries, le Musée d’art moderne et d’art contemporain de Nice et le Musée International de la Parfumerie de Grasse.

Drapé en verrehttps://encrypted-tbn2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcR937P0PuTRuD4AJRCXj-CgNEqdpF_jJNcDvWv1VMShfHdWUih2lQhttps://encrypted-tbn2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQZe4c3rg4AaZfUOOo7A-Bd9X7Yu9Se5wDLpb4KbfMnM3nhnEpBX5qdeXS2https://encrypted-tbn1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRUXlfllVYa2z9hM2ZaqdG66H_XVYX53_isHZ51mX4EpS-fHDpJ

 

8) Jean-Claude NOVARO : Formé à partir de 14 ans dans la verrerie d’Éloi Monod à Biot, l’adolescent devient souffleur de verre puis coloriste. Il est maître verrier à 20 ans, et devient « chef de la halle »[1].

Il crée son atelier à Biot en 1977, assisté par sa femme. Il travaille à la fois au marbre et à l'outil, en applications à chaud, en métallisation par réduction, et avec des adjonctions de métaux, d'oxydes métalliques, de feuilles d'or et de divers métaux précieux[1]. Il travaille de 1979 à 1981 avec Jean-Paul van Lith, qui l'influence dans des créations élégantes et allégées, au décor tachiste[2].

Au fil des années, Jean-Claude Novaro se livre à de nombreuses recherches. Il invente un verre qui, additionné de poudres, absorbe la lumière pour mieux la restituer dans l’obscurité, dans une série appelée Luminescences[3]. Jouissant d'une renommée internationale[4], il est considéré comme l'un des plus grands maitres-verriers actuels[5]. Ses œuvres sont exposées à l’aéroport de Nice[6] et dans de nombreuses galeries. Certaines de ses réalisations ont été vendues sur une télévision américaine : Fine Art Showcase[7] et il compte parmi ses acquéreurs des célébrités telles que le Prince Albert II de Monaco, le Sheikh Tariq Al Qassimi, Robert De Niro, Bill Cosby, Mike Tyson, Philippe Monet, Jean Reno[8]. Sa célébrité est telle qu'il donne son nom à un trophée de golf[9].

shop_02.gif

 

9) Fabienne PICAUD, née en 1959, est un maître verrier contemporain qui vit et travaille à Paris. Elle s’est fait connaître par des créations et compositions, combinant les diverses techniques du verre avec des matériaux comme l’acier ou la fonte d’aluminium. Elle a produit des assemblages de verres soufflés dans des formes de métal qui lui ont permis de créer des cloisons et claustras monumentales. Cette approche, liée à l’art du vitrail, permet au verre d'investir l’architecture en lui donnant une exceptionnelle expressivité plastique.

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTvnOwYghjANqMeNNN6VgRq0Pv7EEjkYqV2Q07zRo-MABvqOCxvcxc6DfJqhttp://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQYYpHq8u0Zs4eRJSy7DB9mhpXypj1gsHtLKh43A7LfvNMUu9mldLc3svA

 

10) Antoine PIERINI : Né le 30 septembre 1980 à Antibes, Antoine PIERINI est dès son plus jeune âge fasciné par le verre. Il a le virus dans le sang, et à